Série d’articles du Parisien partie 1: le candidat qui combat le bétonnage d’Athis-Mons

Série d’articles du Parisien partie 1: le candidat qui combat le bétonnage d’Athis-Mons

Le Parisien a lancé un dispositif afin d’étudier dans le cadre des élections municipales les communes “les plus emblématiques dans chaque département de l’Ile-de-France” . Pour l’Essonne, le journal a bien évidemment décidé de se pencher sur le cas d’Athis-Mons et a réalisé une série d’articles.

Ils ont tout d’abord dressé le bilan des promesses de 2014, rappelant que l’amélioration de la circulation ne semble pas particulièrement flagrante (et pour cause, la densification urbaine amène un nombre croissant de véhicules…), tout comme le fait que rien n’a été fait sur l’aménagement promis des bords de Seine. Sur ce point, le Maire va jusqu’à affirmer pour l’avenir qu’elle le travaillait main dans la main pour des aménagements respectueux de l’environnement avec … Derichebourg ! Assez audacieux lorsqu’on sait qu’il s’agit d’une des industries les plus polluantes de notre commune, qui nous valut d’être connus dans toute l’Ile-de-France… (lien https://rassembler-pour-athis-mons.fr/2019/05/neuf-mois-plus-tard-derichebourg-et-la/)

http://www.leparisien.fr/essonne-91/municipales-a-athis-mons-les-promesses-de-2014-ont-elles-ete-tenues-06-11-2019-8187345.php

Est ensuite affirmée la tenue de promesses du Maire concernant l’arrêt du bétonnage (!) ce que je n’ai pas hésité à contester dans ce numéro du Parisien :

« Elle a en effet stoppé quelques programmes mineurs mais d’autres ont été lancés à la place, bien plus importants, répond l’opposant et candidat aux élections de 2020 Julien Dumaine (DVD). Au final, on a juste changé de promoteurs. On est passé de 30 000 habitants à presque 35 000. Cela suffit. Nous devons penser à conserver un cadre de vie agréable. »

En effet, la communication du Maire, reprise par le Parisien, vise à ne comptabiliser que les logements sortis de terre entre 2014 et 2020. Mais c’est oublier qu’un nombre colossal de projets majeurs de densification ont été lancés, bien qu’encore non construits, par exemple sur le Plateau, la Cité de l’Air ou la ferme Thureau. J’ai donc fourni au Parisien certains éléments en ma possession, ce qui a amené à la rédaction d’un second article, dans lequel est avancé le chiffre de 2000 logements attendus (en plus des 700 déjà évoqués dans l’article précédent):

http://www.leparisien.fr/essonne-91/municipales-2020-a-athis-mons-pres-de-2000-nouveaux-logements-attendus-27-11-2019-8203107.php

Le Parisien m’y a notamment confié la parole sur le projet de ZAC de la Cité de l’Air (destruction des pavillons pour créer 1400 logements, un projet contre lequel nous nous opposons depuis longtemps (lien https://rassembler-pour-athis-mons.fr/2018/05/cite-de-lair-pourquoi-nous-refusons-ce/):

Des inquiétudes, Julien Dumaine, opposant municipal (DVD) et qui brigue lui aussi le fauteuil de maire, en nourrit lui aussi sur cette ZAC.
« L’étude d’impact ne mentionne aucun équipement public supplémentaire. De plus, les axes de circulation sont déjà saturés dans ce secteur. Il en est de même pour le réseau d’assainissement qui n’est pas adapté. Et puis ce projet va totalement à l’encontre des promesses faites en 2014 par la candidate Christine Rodier qui s’engageait à « préserver le tissu pavillonnaire y compris la Cité de l’Air poumon de la ville. »

En conclusion, nous demeurons visiblement les seuls à vouloir freiner cette densification:

  • Avec la poursuite du bétonnage depuis une dizaine d’années, notre ville doit faire une pause alors que les écoles et les crèches sont débordées et la circulation et la stationnement de plus en plus impossible.
  • Il est compréhensible que la situation d’Athis-Mons attire l’appétit des promoteurs, mais ceux-ci doivent être freinés et la ville ne doit pas leur être servie sur un plateau.
  • A notre arrivée, nous réétudierons voire interromprons toutes les opérations dont l’état d’avancement ne met pas en péril les finances de la commune.
  • Préservons l’âme de la ville que nous aimons, il n’y a pas de fatalité: NON AU BÉTONNAGE !
Conseil Municipal du 22 novembre 2019

Conseil Municipal du 22 novembre 2019

Vous trouverez ci-après 3 points marquants dont nous avons choisi de rendre compte plus particulièrement suite au Conseil municipal du 22 novembre.

  • Vente et déclassement de locaux situés à Ozonville
  • Vente de 22.000 m2 de terrains d’entrée de Ville
  • Rapport d’orientation budgétaire

Vente de 22.000 m2 de terrains d’entrée de Ville

En début de mandat, était annulé un projet porté par l’équipe socialiste sortante sur les terrains dont il est question ce soir: 151 logements sociaux, hôtellerie et un KFC étaient situés sur l’ancien stade de rugby Barran. Ce projet avait été écarté à raison, car cette propriété avait été donnée à la ville par la famille Chodron de Courcel (dont la descendante la plus connue est Bernadette Chirac) afin de réaliser un équipement sportif.

Une réflexion s’est alors engagée sur ces terrains, afin de réaliser un équipement sportif majeur à proximité du Centre Aquatique, qui résoudrait les contraintes au développement associatif sur la ville, dont les installations sont vieillissantes, et qui nous ferait rayonner. Une fédération française nationale avait émis son intérêt pour s’y domicilier. Tout autour, une zone sport et loisirs devait s’y implanter.

Toutefois, Madame le Maire a écarté ce projet de mandat, pour se concentrer sur ce qui suscitait visiblement le plus son intérêt: l’aspect commercial, avec un centre commercial et un cinéma multiplexe… un projet qui se veut futuriste mais qui l’était sans doute dans les années 80… La proximité d’offres similaires (Belle Epine, Thiais Village, Evry 2) dont la rentabilité est déjà fragilisée devrait inciter à la prudence… mais la majorité municipale de Mme Rodier devrait être surtout plus attentive à notre jeunesse et aux évolutions des modes de consommation, qui ont rendu obsolètes ces gros centres commerciaux avec cinéma intégré via Amazon, Netflix (ou les belles salles parisiennes non loin) et qui préfèrent retourner à un petit commerce qui peine à s’en sortir et que vous risquez d’annihiler.
On notera que Madame le Maire, trahit le legs de la famille de Courcel en annihilant la vocation sportive de ces terrains… et même de tout équipement public.

Les athégiens ne sont pas seulement des consommateurs, ils aspirent à une certaine qualité de vie, au travers d’espaces verts, de loisirs sportifs et culturels. Nos petits commerces de proximité jouent un rôle crucial dans le tissu social et urbain.

Notons également qu’aucune clause suspensive n’est envisagée pour que ces terrains puissent rester la propriété de la ville d’Athis-Mons et pas d’un opérateur privé que nous ne maitriserions plus si le projet venait à être rejeté par la CDAC et la CDAC Cinéma… que l’opérateur imaginait avoir obtenu lors de sa présentation publique pour … septembre 2018, avec un début des travaux en Février 2019. Il était pour le moins optimiste.
Plus loin, L’Etat ne s’y est pas trompé en ce mois de novembre: il a annoncé l’abandon du projet de centre commercial EuropaCity, jugeant dans un communiqué qu’il ” ne correspond plus aux aspirations des concitoyens”.

En complément nous vous invitons à consulter notre article de février 2018 suite à la présentation de son projet par l’acquéreur de ses terrains: Entrée de ville: projet iconique ou projet ironique ?

Vente et déclassement de locaux situés à Ozonville

Bien qu’aujourd’hui vacants, la ville dispose de trois locaux idéalement placés en centre-ville qui abritaient autrefois des services publics. La ville a trouvé un commerçant pour acquérir un des biens qui fait environ 50 m2.
Nous pensons que cette cession est une erreur. Si elle rapportera une recette immédiate (70.000€), la ville devrait plutôt sauvegarder son foncier en proposant des baux 3/6/9 pour mettre les mettre en location pour ce même type de public.
Ce serait une recette avec un loyer mensuel de 700 à 900€ pour chacun des trois locaux, ce qui en plus est financièrement plus intéressant. La ville garderait ainsi la main sur de possibles choix d’installation. De plus, les projets foisonnent sur la ville.
Nous avons connaissance d’une volonté de monter un café associatif, pourquoi ne pas les y orienter ? Ils sont disposés à payer…
Sinon, à défaut de louer, dans le cadre d’une politique sociale, plusieurs associations d’aide aux Athégiens pourraient être aidées au travers de locaux: les Restos du Coeur qui ont dû fermer suite à la fin de la subvention de la ville, laissant 700 familles bénéficiaires dans des situations compliquées, ou encore Saint-Vincent-de-Paul.

Notre analyse du Rapport d’Orientation Budgétaire

Recettes fonctionnement

A Athis-Mons, les recettes entrent bien. L’équipe municipale n’a pu s’empêcher de saluer le travail lié à la Commission Finances du Grand Paris, à laquelle siège Julien DUMAINE. Les dotations de l’état sont en effet en hausse depuis 3 années consécutives, ce qui est exceptionnel.
On note aussi
+321.300 € taxes et impôts (évolution bases etc.)
+93.000€ participation des familles (par rapport au réalisé 2018, les inscriptions 2019 étant sous évaluées)
Bref cette fiscalité “maîtrisée” n’est en fait que le maintien de taux “déjà élevés” comme le rapporteur le dit lui-même. Sur les impôts fonciers nous sommes en effet les N°4 du département… triste record ! Sur les 10 dernières années, cette taxe a augmenté de 70% à Athis-Mons.

Dépenses fonctionnement

Grosse interrogation sur les charges à caractère général en hausse d’1 million ! On n’a pas le réalisé 2019 mais avec une inscription similaire en 2020 elle parait confirmée. Une augmentation de plus de 10% pour 2 extensions d’école, un terrain extérieur une épicerie sociale un accueil de loisirs et une maison des assos… Cher pour l’eau et le chauffage ! D’autant que dans le même temps, la réhabilitation thermique sur des passoires comme Hebert auraient dû faire baisser les factures !
Nous saluons tout de même une baisse des indemnités et autres frais des élus de 40.000€… d’ailleurs le réalisé 2019 devrait être inférieur à l’inscription car il semblerait qu’il y ait eu quelques remboursements effectués dernièrement !

INVESTISSEMENT

Financé en grande partie par la cession de terrains, on compte notamment sur 1.6M des terrains de la ferme Thureau. Il nous est enfin répondu que ce projet immobilier n’obérait pas la réalisation du pont Athis-Vigneux qui conserve ses emprises… Or l’argument principal avancé par le Maire pour faire aboutir ce projet immobilier de 215 logement était justement… d’empêcher la création de ce pont.
La présentation Powerpoint arrêtait opportunément la capacité de désendettement à l’année 2018… car elle a doublé depuis. Ce n’est pas tellement le montant des emprunts souscrits depuis (annulés 15 jours avant la fin de l’année en 2018, baissé en 2019 malgré l’absence des recettes de la vente de Thureau repoussée en 2020) pour lesquels nous étions favorables (c’est le moment d’investir avec un taux à 0.60% sur 20 ans !). Ce chiffre étant un ratio, il faut plutôt chercher du côté de la capacité d’autofinancement. Les baisses de recettes ne sont pas en cause, on l’a vu (hausse des dotations depuis 3 ans !) , ce sont donc les dépenses de fonctionnement qui sont en cause.
Et au delà des charges générales, c’est qu’il n’y a eu que peu d’économies de personnel. on a recruté à la police municipale, et le compte 012 (charges de personnels) s’il baisse ou se maintient est complètement tronqué par 2 jeux d’écriture: tout le service seniors a basculé sur le CCAS (pole social) financé par une subvention et tout le service voirie a été transféré à l’EPT12 mais continue a être payé via le FCCT. Aucune économie sérieuse afin de réduire la dépense n’a été menée sur le mandat.

Les Projets d’Investissement

les investissements prioritaires sont détaillés pour 5.1 millions, cela laisse beaucoup d’argent (6.4M) pourd es projets envisagés très mineurs ou flous (climatisation site lu, divers travaux école, divers travaux petite enfance, divers travaux équipement sportifs, plantation d’arbres , création et remise en état d’aires de jeux). On apprend notamment que les travaux d’Hébert n’en finissent pas puisque les travaux terminés après plus d’un an vont en engendrer de nouveaux pour renforcer la structure qui ne supporte plus la pression…
On notera que le Plan Pluriannuel d’Investissement évoqué n’a jamais été présenté. Il est normal que dans cette année électorale peu de projets majeurs émergent. Nous souhaitons donc au Maire de la réussite dans la remise à niveau des équipements existants, afin qu’une nouvelle équipe puisse enfin faire des choix dans l’intérêt des athégiens dès 2020.

Note: Attention, seul le Compte Administratif sera un document fiable pour évaluer la réalité des chiffres. En effet, les inscriptions budgétaires (BP+BS) ne correspondent bien souvent pas à la réalité des dépenses ! Pour preuve, ce ROB rappelle dans son introduction que les dépenses d’équipement brut par habitant des budgets 2018 prévoyait une dépense de 460.91€ /habitant, alors que n’ont réellement réalisés que 327,89€/h (soit 133.02€ de surévaluation, chiffre incluant les reports!). De nombreux travaux alors promis n’ont pas été faits…

Moins de taxe d’habitation = moins de béton

Moins de taxe d’habitation = moins de béton


(Ce billet a été publié dans le dernier supplément de l’Athégien)


Le Parisien nous donne les chiffres: 75% des athégiens ont bénéficié d’une réduction de leur taxe d’habitation par le gouvernement (économie moyenne =172€). Il faut s’en réjouir.

La compensation aux communes se fait sur la base de l’année de la suppression. Toute augmentation future du nombre d’habitants sera donc défavorable à nos finances qui ne prélèveront que l’impôt foncier.


Les constructions de logements auront un coût en services publics supérieur à ce qu’elles rapportent.


Il est donc urgent que le Maire reconsidère sa politique de bétonnage



Risque et Béton (Tribune Athégien Septembre/Octobre version étendue)

Risque et Béton (Tribune Athégien Septembre/Octobre version étendue)

Tribune parue dans l’Athégien Septembre/Octobre 2018 version étendue

L’actualité estivale fut marquée par l’incendie spectaculaire sur le quai de
Seine de l’usine Derichebourg
, visible d’un peu partout en Ile-de-France.
Beaucoup s’inquiètent de la toxicité des fumées dégagées lors de cet épisode et
n’hésitent pas à faire le lien avec la pollution à l’aluminium survenue
auparavant, qui avait occasionné une longue fermeture de notre déchèterie.
 
Toutefois, il ne s’agit que d’un des risques auxquels
est exposé le territoire d’Athis-Mons: mouvements de terrain liés au plateau argileux, présence d’axes de transports de marchandises dangereuses (départementales,
voies ferrées, voie fluviale), zone SEVESO due à la présence des cuves d’hydrocarbures d’Orly, présence de zones inondables (les crues de 2016 et 2018 sont encore dans nos mémoires) sans oublier toutes les nuisances liées à la forte pollution du trafic routier (N7) et aérien, auxquelles s’ajoutent l’exposition
au bruit
.
Les récentes leçons doivent permettre de repenser les décisions d’urbanisme : doit-on
continuer le bétonnage de notre commune et exposer un nombre toujours croissant
de population au risque ?
Malheureusement, rien n’est moins sûr…
 
Pourtant, la vie à Athis-Mons au mois d’août est étonnamment agréable, la densité de population étant moindre : calme général, circulation fluide, stationnement aisé. Ce court répit nous offre l’aperçu de ce que notre ville pourrait être si son urbanisme prenait une voie alternative.
 
Nous souhaitons une bonne rentrée à tous les petits Athégiens, une bonne reprise à tous ceux qui s’en retournent à leur activité professionnelle après un repos bien mérité, et beaucoup de courage à ceux –  malheureusement chaque année un peu plus nombreux -, qui n’eurent pas les moyens de partir en vacances.
 
Julien DUMAINE – Laure LAFOND – Sydney FLEURY – Maryline
GRESSY – Michel BOURG – Julienne GEOFFROY – Kevin RAINHA – Benoit DESAVOYE
 
email :
athis.espoir.liberte@gmail.com
 
site web : http://www.julien-dumaine.com
 
Facebook :
https://www.facebook.com/AthisMons.Espoir.et.Liberte/